Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 09:41

Suite des articles sur la SF par Quentin Caffier

     Pour lire le premier article qui sert de prologue, cliquez ici.

     Pour lire le deuxième article sur RETOUR VERS LE FUTUR, cliquez ici.

     Pour lire le troisième article sur TERMINATOR, cliquez ici.

bann-Articles-copie.jpg

 

blade_runner2-copie-1.jpg

           Adapté du roman de l’excellentissime Philip Kindred Dick (Les androids rêvent-il de mouton électriques), Blade Runner a été réalisé par Ridley Scott (Réalisateur du premier Alien) en 1982. L’écrivain mourut quelques semaines avant la sortie du film, mais pu visionner une pré-version de 40 minutes qui lui aurait beaucoup plu. Le public, lui,  lui réserva un accueil mitigé, et la fin dû être changée à la demande de la Warner. Ce n’est qu’après sa sortie en VHS qu’il acquis son statut de film culte.

            En 2019, alors que la terre est à bout de souffle, le gouvernement tente de pousser à la colonisation de Mars en offrant des androïdes aux colons. Toutefois, suite à une tentative d’insurrection, ceux-ci sont interdits sur Terre, et les « Blade Runner » (« Faucheurs ») sont chargés de trouver et d’éliminer les contrevenants. Le film raconte donc l’histoire de Rick Deckard, chargé de traquer 4 androïdes de modèle Nexus-6.

          

            Le film est très sombre, influencé par les films noirs des années 30. Tandis que le livre aborde de nombreux thèmes (notamment celui de la religion Merceriste), le film se concentre sur les rapports entre humains et robots. Ces derniers sont si évolués que pour les identifier, il faut leur faire passer le texte de Vogt-Kampf. De plus, à bien des égards, ils apparaissent bien plus humains que les blade-runners chargés de les éliminer.

            Comme je l’ai mentionné plus haut, la fin du film a été plusieurs fois modifiée au court des différentes versions. Dans certaines, Deckard apprend qu’il est lui-même un « Replicant » (androïde). De leur côté, les Nexus-6 semblent incapables de supporter leur statut de machine, et cherchent par tout les moyens à s’extraire à leur condition. On pourrait donc penser que le Docteur Henri Castafolte, qui plante systématiquement et découvrant qu’il n’est qu’une machine, est une parodie de ces robots sensibles.

            Ridley Scott considère ce film (dans sa version « final cut » de 2007) comme son chef d’œuvre. Le Los Angeles tentaculaire, tout droit sorti des pires descriptions de William Gibbson (auteur du Neuromancien) a pour sa part influencé presque tous les films de SF suivants : Total Recall (adapté de K Dick), Johnny Mnemonic (adapté de Gibbson)… Il est donc IN-CON-TOUR-NABLE !

Next Time : Minority Report

 

QUENTIN

 

Partager cet article

Repost 0
Published by François Descraques
commenter cet article

commentaires

Zaitchick 26/11/2010 22:54


Blade Runner, c'est un film marquant pour moi.
Je l'ai découvert en vidéo deux ans après sa sortie. En 1984. (Année emblématique s'il en est.)
Des films de ce calibre étaient rares à l'époque. Les effets spéciaux en images de synthèse en étaient à leur balbutiement. (Tron date de 1982. The Last Starfighter de 1985.)
A la première vision, surprise. Un film d'ambiance. Très peu de scènes d'action. Efficaces, certes, mais peu nombreuses. Et un Harison Ford à contre-emploi : Indiana Jones qui se fait dérouiller en
pleine rue après avoir manqué se faire laminer par une strip-teaseuse... Yan (oui Yan, pas Han) Solo qui se fait voler la vedette par un méchant décoloré... Qui lui sauve la vie ! Et pas de
poursuite en bagnole volante (Faudra attendre Back to the Future 2, voire, le 5e élément !)
A la 2e vision, la claque : un polar déguisé en film de SF, une voix-off désabusée, une esthétique élaborée, une Sean Young sublime, un Rutger Hauer impérial... Et cerise sur le gâteau, c'est
Jacques Thébault qui double Eldon Tyrell dans la VF ! Lui prétant sa voix chaude et ironique.
Et la musique de Vangelis.
C'est bien plus tard que j'ai compris tout le sous-texte religieux du film : les répliquants assimilés à des anges déchus, Tyrell/Dieu, la "crucifixion" de Beaty, l'envol de son âme...
Et l'ambiguïté humain/androïde... Le Blade Runner devient "une vraie machine à tuer" (c'est son supérieur qui le dit) et l'androïde mourant lui donne une leçon d'humanité... A moins qu'il soit
lui-même une machine programmée pour traquer et éliminer ses semblables ? Qui peut reconnaître les humains des machines dans ce monde rongé par les pluies acides ?

Blade Runner a fait date.
A juste titre, c'est un grand film. (En revanche, le bouquin m'a ennuyé...)
Jamais on avait présenté de façon aussi réaliste une ville du futur au cinéma, depuis... Métropolis. Et les films de SF suivants en ont soit repompé le visuel (L'Unique, Johnny Mnemonic, Le 5e
élément, Dark City...même Batman !) soit cherché à s'en démarquer (Minority Report qui évite les voitures volantes pour ne pas faire Blade Runner - par contre, ça fait Super-Mario !)
A votre avis, a quoi pense François Descraques quand il montre un métro et une tour en contre-plongée à travers un filtre bleu-gris ?

Auparavant, Ridley Scott s'était fait connaître du monde de la SF par un petit film horrifique (son 2e après The duelists)... Alien.


Pixels 12/08/2010 01:28


J'ai beaucoup entendu parler de se film il faut absolument que je le vois !! ( A cause de toi Quentin j'ai encore plus envie ^^)

De plus parlez de Time cop (cf : Commentaire n°8 ) après un article comme ça c'est étrange, ces films a part être deux films de S-F ont l'air radicalement différent. C'est peu être le film
qu'aurait préféré Mobius (cf : Commentaire n°3) ce jour ou il était fatigué. ^^

Enfin si Myrddral ( Com n°10 ) pense que Ridley Scott était mort c'est normal : il aurait du mourir car Schwarzy pensait qu'il irait diriger les humains lors du soulèvement des machines ! Mais Van
Damme aidé du Visiteur l'en a empêché. Il a pu sortir ainsi "Gladiator" et "Robin des bois" des années plus tard .

Bref il faut que je vois ce film.


Quentin Caffier 03/02/2010 13:05


Solvens, tu va rire : j'avais mm pas fait gaffe =_=


solvens 26/01/2010 14:37


Au depart le titre du livre en anglais est un jeu de mot entre "chip" (puce) et "sheep" (mouton).
Malheureusement intraduisible en francais


Myrddraal 26/12/2009 12:37


ah oui en effet, j'avais mal lu =x

merci ^^


Myrddraal 25/12/2009 21:54


euh, je me dois de noter une petite incohérence, enfin il me semble, Quentin dit que ridley scott est mort avant la fin de la production de son film mais qu'il considère le final cut de 2007 comme
son chef d'oeuvre. Ca me parait étrange =x quelques précisions ?

merci :D

vivement minority report, un film qui m'a laissé franchement bizarre ...


François Descraques 26/12/2009 10:29


c'est Philip K Dick, l'auteur du livre dont a été inspiré Blade Runner qui est mort avant la sortie du film. Ridley Scot vit toujours et son prochain film sort bientôt ( Robin Hood)


Etienne 25/12/2009 19:52


blade runner puis minority report...

philip k. dick à l'honneur !


Max 24/12/2009 11:21


oué, pas mal pas mal!
mé sinon ya aussi TIME COP avec VanDamme.... c genre c un flic du temp est i retourne dans le passé pour sauver sa femme.
c pas mal est c en rapport directe avec ta web série!


Lezly 24/12/2009 00:17


Blade Runner, un putain de film au visuel méchamment impressionnant quand on sait de quel époque il date.


SingForAbsolution 23/12/2009 22:07


Je connais pas trop Blade Runner mais j'attends Minority Report de pied ferme.


bafouilleux 23/12/2009 21:46


Au passage, la version blu-ray est sublime.


Oro_O ou Yo pour les intimes !! 23/12/2009 19:26


Article sympathique bien qu un peu court a mon gout mais bon j imagine que le format est plus ou moins imposé pour eviter les pavés de 3 pages . Par contre il me semble qu une petite faute est
venue se glisser dans l article ( texte ==> test ) .
Bonne continuation


Mobius one 23/12/2009 17:10


Arg… Je me souviendrait toujours de ma tentative pour voir Blade Runner que j'avais enregistré sur la TNT. C'était un soir, j'étais épuisé et on me dit "y a qu'à regarder Blade Runner, ça demande
pas à réfléchir, et donc, ça vide la tête".
Je regarde la cassette et au bout de 10 minutes, j'ai toujours rien compris et j'ai commencé à m'ennuyer ferme. Heureusement, la TNT a planté, rendant la cassette illisible et la suite du film
impossible à voir, ce qui a été pour moi une libération.
CONCLUSION : Je ne sais toujours pas si Blade Runner est un bon film puisque je ne l'ai pas vu en entier, mais je suis sûr d'une chose : il ne faut jamais le regarder quand on est fatigué.


bafouilleux 23/12/2009 15:32


A mon avis il s'agit plus d'influences que de références. Sinon bon texte même si le côté analyse est un peu passé à la trappe sur ce coup ci.


Kiv 23/12/2009 15:02


J'ai écouté une des version en VHS il y a quelques années, et je l'ai arrêté après une vingtaine de minute. C'était trop sombre, je ne voyais rien et il n'y avait rien pour m'accrocher. Possible
que le "Director's Cut" me sera plus attrayant. Je vais faire un autre essaie

Sinon, est-ce que toute ces références sont voulu ou vulgaire coïncidences ? Je les trouves pas toute assez clair pour qu'elles soient voulu. Mais c'est peut-être juste moi


BOUTIQUE

AFFICHE-JEU-LA-RELEVE AFFICHE-DVD-Saison2.jpg AFFICHE-DVD-Saison2.jpg AFFICHE-DVD-Saison2.jpg

AFFICHE-BO-2.jpg AFFICHE-DVD-v3.jpg Laura_Descraques_boutique.jpg

Rechercher Une Vidéo